Sign in / Join

Zuckerberg: Facebook doit «intensifier» après le scandale des données

Ⓒ GETTY/AFP/File – JUSTIN SULLIVAN – | Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, dans sa première déclaration publique sur le scandale qui entoure l’entreprise, affirme que le réseau social doit « intensifier » et faire plus pour protéger les données des utilisateurs

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a rompu mercredi son silence sur le scandale des données qui a secoué le géant des médias sociaux, admettant des erreurs qui ont conduit à un « abus de confiance » avec ses deux milliards d’utilisateurs et promis d’accélérer.

Dans ses premiers commentaires publics sur le tollé suscité par la collecte de données sur 50 millions d’utilisateurs par une firme britannique liée à la campagne de Donald Trump en 2016, Zuckerberg a déclaré aux utilisateurs de Facebook que l’entreprise avait «la responsabilité de protéger vos données».

« Si nous ne pouvons pas alors nous ne méritons pas de vous servir », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

« J’ai travaillé pour comprendre exactement ce qui s’est passé et comment m’assurer que cela ne se reproduise plus. »

Les commentaires de Zuckerberg interviennent après plusieurs jours au cours desquels les actions de Facebook ont ​​été pilonnées et des appels à l’enquête ont été lancés des deux côtés de l’Atlantique.

En écrivant sur sa page Facebook, Zuckerberg a déclaré que « les actions les plus importantes pour empêcher que cela ne se reproduise aujourd’hui, nous avons déjà pris des années auparavant ».

« Mais nous avons aussi fait des erreurs, il y a plus à faire, et nous devons nous améliorer. »

Il est apparu que la société de conseil britannique Cambridge Analytica a obtenu des données sur des millions de personnes à partir d’une application développée par le chercheur Aleksandr Kogan, qui a été téléchargée par des milliers d’utilisateurs de Facebook mais aussi récupérée par leurs amis.

« Il s’agissait d’un abus de confiance entre Kogan, Cambridge Analytica et Facebook », a écrit Zuckerberg. « Mais c’était aussi un abus de confiance entre Facebook et les personnes qui partagent leurs données avec nous et s’attendent à ce que nous le protégions. »

« Nous devons régler cela. »

Zuckerberg a déclaré que certains changements ont été apportés par Facebook en 2014 à propos des « applications abusives », et que « ces actions empêcheraient toute application comme (celle liée à Cambridge Analytica) de pouvoir accéder à autant de données aujourd’hui ».

Bien que le transfert de ces données ne soit plus autorisé en vertu des règles de Facebook, Zuckerberg a promis des mesures supplémentaires « pour sécuriser notre plate-forme. »

Celles-ci comprendront une enquête sur les applications ayant accès à de grandes quantités d’informations avant la modification des règles, davantage de restrictions sur l’accès aux données des développeurs et l’obligation pour les développeurs d’obtenir une approbation et de signer un contrat pour demander l’accès à leurs publications. autres données privées.

Il a déclaré que Facebook allait lancer un outil « pour s’assurer que vous comprenez quelles applications vous avez autorisé à accéder à vos données » qui seront mis en évidence.

« J’ai commencé Facebook, et à la fin de la journée, je suis responsable de ce qui se passe sur notre plate-forme », a écrit Zuckerberg.

«Je suis sérieux au sujet de faire ce qu’il faut pour protéger notre communauté … Nous allons apprendre de cette expérience pour sécuriser davantage notre plate-forme et rendre notre communauté plus sûre pour tout le monde à l’avenir. »

CGV